L’éditeur prend part aux groupes de travail sur la dématérialisation des factures et des processus de gestion en entreprises au côté d’autres prestataires et utilisateurs.

En intégrant le Forum National de la Facture Électronique et des Marchés Publics Électroniques (FNFE MPE), Sage revendique un « engagement clé pour sensibiliser, informer et accompagner les entreprises dans la mise en conformité ». Ce forum a pour mission d’élargir la concertation entre tous les acteurs publics et privés français dans le contexte du déploiement de la facture électronique sur le marché national. À compter du 1er janvier 2020, toutes les TPE fournissant des services publics devront déposer leurs factures sous format électronique sur le portail Chorus Pro si elles veulent être payées. La prochaine étape concernera la totalité des entreprises du secteur privé qui s’échangent des biens et des services. La Loi de Finances 2020 imposera alors la généralisation de la facturation électronique en 2023.

Participer au déploiement de Factur-X

« Premier éditeur à rejoindre le FNFE MPE pour participer aux travaux et au déploiement de standards comme Factur-X, Sage ouvre la voie et confirme l’importance de son rôle dans l’accompagnement nécessaire auprès des entreprises. Le support d’un tel acteur va nous permettre de mieux préparer les dispositifs et outils adaptés aux PME / TPE, dans la perspective des obligations pour toutes les entreprises d’émettre des factures électroniques vers le secteur public via Chorus Pro dès 2020, et la préparation des échéances à venir de généralisation à tout le secteur privé », indique dans un communiqué Cyrille Sautereau, président du FNFE MPE.

Automatiser la collecte de la TVA

Comme dans beaucoup de pays européens, les entreprises françaises, en particulier les TPE, souffrent des retards de paiements. Le poids des tâches administratives représente un manque à gagner et impacte directement leurs trésoreries. Selon le dernier Productivity tracker de Sage, les PME françaises perdent 1368 euros chaque seconde en gestion des tâches administratives.

Si pour l’État la dématérialisation des factures est avant tout un enjeu dans l’automatisation de la collecte de la TVA, la réforme va aussi dans le sens de la simplification administrative pour les entreprises. Elle devrait contribuer à accélérer les paiements des factures et simplifier et limiter les erreurs dans les régularisations des taxes.